Son histoire

Au 19ème siècle :

Les habitants vivaient surtout de l’agriculture, de l’élevage, de l’exploitation du bois et de la pêche. Pendant plusieurs siècles les habitants étaient cultivateurs ou pêcheurs, généralement les deux à la fois.

Les habitants du marais se déplaçaient uniquement avec leur barque à fond plat appelée « la plate ». Ils dirigeaient leurs embarcations à l’aide d’un long morceau de bois « du frêne » appelé la pigouille qui mesure trois mètres ou plus et est munie d’une fourche en fer ou double pointe afin de ne pas trop s’enfoncer dans la vase. Aujourd’hui, on peut encore se  déplacer de la même façon pour se promener, ou pour des loisirs de pêche.

Le marais inorganisé se prêtait volontiers à l’importance de la pêche. On péchait quasi tous les poissons d’eau douce : carpes, brochets, gardons, brèmes, tanches, goujons et surtout les anguilles.

Des fermages dans les siècles passés comportaient une part importante d’anguilles. Les engins de pêche étaient des filets dénommés : tramaille, encreaux, pour les poissons, et bottes, bourgnons soit isolés ou adaptés à des barrages plus ou moins compliqués dénommés : boucheauds pour les anguilles. La pêche a été une ressource locale importante.

La pêche aux engins et aux filets a été supprimée en France par la loi Bouchardeau sauf dans le marais Poitevin compte tenu de sa particularité.

Cette pêche est sélective pour la majorité des engins utilisés, car le type d’engin et la dimension de ses mailles ne permettent que certaines captures. Ils autorisent ainsi de préserver aux mieux toutes les espèces et principalement celles que l’on peut penser menacées et permettent une gestion que les autres modes ou pratiques de pêche ne permettent pas toujours. Les poissons qui sont pris mais non autorisés sont ainsi remis à l’eau sans blessure ni dommage

La Maraîchine est une association de pêche importante qui possède dans ses rangs à la fois des pêcheurs à la ligne mais aussi des pêcheurs aux engins. En faveur d’une pêche durable et responsable.

Aujourd’hui ,

Au sein de l’AAPPMA la maraîchine, il existe un atelier pêche qui confectionne des engins et filets. Cet atelier, très soutenu par le syndicat des Marais Mouillés des Deux-Sèvres (79), puisqu’il œuvre à conserver la fabrication traditionnelle, est souvent sollicité pour montrer son savoir-faire dans différentes manifestations et notamment dans la commune du Vanneau-Irleau, lors du marché sur l’eau, qui a lieu le dernier samedi de juillet. Les engins de différentes natures sont généralement confectionnés principalement par le pêcheur.

peche au tramaille.jpg

Marché sur l'eaupromenade marais 1900

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s